Bonus assurance auto : quid du fonctionnement et du calcul ?

Bonus assurance auto
5/5 - (1 vote)

L’assurance auto vous permet de conduire en toute sécurité car elle vous couvre en cas de sinistre. Mais plusieurs facteurs font varier votre cotisation surtout si vous avez un historique de conduite assez perturbé. Votre bonus assurance auto pourrait ainsi être revu à la baisse ou à la hausse. Focus sur le fonctionnement de ce dispositif.

Connaître les principes du bonus assurance auto

Votre bonus assurance auto est encore appelé bonus-malus, Code des Assurance ou Coefficient de Réduction-Majoration (CRM). Il est un dispositif qui augmente ou réduit la prime d’assurance à chaque échéance annuelle du contrat. Son évaluation dépend notamment des sinistres auxquels vous avez été confronté durant cette période.

En effet, le nombre d’accidents entièrement responsables ou partiellement responsables commis par l’assuré impacte son bonus assurance auto. Le dispositif est régi par l’annexe à l’article A121-1 du Code des Assurances.

Ainsi, lorsque vous n’enregistrez aucun accident responsable sur une année, vous obtenez un bonus de 5%. Votre cotisation de base sera alors réduite puisque le bonus-malus sera multiplié par un coefficient de 0,95. Par contre, le malus intervient en cas de sinistre responsable sur une année. Une augmentation de 25% est faite alors car le (CRM) est multiplié par 1,25. Alors votre cotisation de base augmentera.

Autres précisions complémentaires sur les principes du Code des Assurances

Lorsque le conducteur fait 14 années sans accidents responsables, sa cotisation de base sera bonifiée et il aura ainsi atteint un coefficient maximum de 0,50. Le malus, quant à lui, a un coefficient maximum fixé à 3,50 si la responsabilité du conducteur est entièrement engagée sur tous les accidents.

Mais si les accidents sont partiellement responsables, le coefficient est minoré et est ainsi évalué à 1,125. En ce qui concerne les sinistres non responsables, ils n’ont aucune incidence sur le CRM.

Par ailleurs, si vous disposez d’un véhicule garanti pour un usage ‘’tournées’’ ou ‘’tous déplacements’’, votre bonus annuel sera de 7%. Au cas où vous avez des malus, votre coefficient pourra baisser de nouveau si et seulement si vous faites deux ans sans accidents responsables.

Comment évaluer son bonus assurance auto ?

En vue de bien calculer votre bonus assurance en tant qu’assuré, il faudra multiplier votre cotisation annuelle par le coefficient bonus-malus en cours. Ce coefficient est de 1 si vous êtes nouvellement assuré.

Lorsque votre historique de conduite n’est plus vierge, votre bonus assurance auto évoluera en bonus de 5% ou malus de 25% selon la nature des sinistres. Par exemple, pour un conducteur dont le coefficient était à 0,64, on multiplierait cela par 0,95. Son nouveau coefficient serait alors de 0,608.

Mais quand il serait entièrement responsable au cours de l’accident, on ferait 0,64 x 1,25. Le malus à appliquer à sa prime s’élèvera donc à 0,80. Quand le conducteur serait partiellement responsable dans l’accident, son malus dans ce cas serait égale à 0,64 x 1,125=0,72.

Le dispositif CRM s’applique-t-il à tous les véhicules ?

Cas des véhicules exemptés du dispositif CRM

S’il est vrai que le coefficient de réduction-majoration s’applique à tous les véhicules terrestres à moteur, il n’en demeure pas moins que certains types de véhicule sont dispensés de ce dispositif du Code des Assurances.

En effet, on retrouve dans cette catégorie les automobiles d’intérêt général (camion de pompiers ou du SAMU), les voitures classées comme matériel agricole (tracteurs, moissonneuses et autres), les tricycles et les deux-roues pouvant atteindre les 125 cm3 ou dont la puissance du moteur atteindrait 11kW.

De même, sont concernés les véhicules de collection ayant plus de 30 ans d’activités et les voitures appartenant à l’équipement de travaux publics et au matériel forestier.

Cas des véhicules à usage professionnel

Outre les catégories de véhicules cités plus haut, le CRM s’applique aussi aux taxis et aux autres véhicules à usage professionnel.

Mais, le calcul du coefficient de réduction-majoration est différent dans ces cas. Tant pour les chauffeurs de taxi, les libéraux ou les VRP, le bonus assurance auto évolue plus vite. A contrario, la progression du malus est, quant à elle, plus lente. Une seule raison explique cela. La fréquence d’activité de ces véhicules en est la cause car plus ils roulent, plus ils sont exposés à des accidents de la route.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.